Boud’mer Marseille

Barquette à Marseille, bateau partage

Accueil  > Infos > Reportages, bilans, vidéos, livres > Maintenance en dérive...

ou comment une barquette se transforme en galère.

« Nous avons besoin d’autres bénévoles actifs ! »

C’est le cri(c) d’alerte lancé depuis le fond de cale par notre duo de mécanos, les JP² (Pierre et Jean-Pierre), après une semaine de labeur pour remettre à flots le Scorpion.

Et pour commencer une évidence qu’il est bon de rappeler de temps à autre : une barquette saine est une barquette entretenue, un pilote heureux est un pilote serein. Pourquoi le pilote est-il serein ? Parce qu’il y a des bénévoles pour mettre les mains dans le cambouis, recroquevillés comme des sardines, à mariner dans leur jus pour desserrer un écrou ou en revisser un autre, s’échiner à soulever des pièces, recommencer pour la énième fois une manip en espérant que ce sera la bonne…

Au départ une vague histoire« d’eau » dans l’huile : la faute à l’inverseur qui fait de la mayonnaise. C’est toute la cuisine qu’il faut revoir au final…

Plus on est de fous, plus on rit ?

Lundi matin, aux Scouts, mains d’or et doigts de fée alias JP², le couple infernal, affûte ses outils. Il y a Pierre que l’on ne présente plus, pas vraiment doué pour la musique et pourtant homme-orchestre incontournable, c’est un dandy qui ne travaille qu’avec des gants. La partition n’a pas de secret pour lui, il la joue de concert avec son alter ego Jean-Pierre. Sacré JiPé ! Il maîtrise aussi bien le pipeau que tous les autres engins à pistons, rien ne lui fait peur, il craint dégun. Le reste de l’équipe est là aussi pour la logistique et par intermittence : il y a Richard alias M. Mouche. Quand le soleil cogne, que la sueur goutte et qu’on se demande ce qu’on est venu faire dans cette galère, il s’élance, farouche et déterminé sur son bolide, pour ramener un pack de bières tel le Graal. Juste ce qu’il faut d’écume pour éviter le naufrage. Ensuite, il y a JR, le technico-commercial, beau gosse, juste ce qu’il faut de « cool-attitude », avenant mais pointu - c’est quand même notre Vénéré Président ! - il s’y connaît le bougre en mécanique, pas un boulon, un tour de vis qui échappe à sa vigilance. Il peut faire jusqu’à 100 km en une matinée avec son scoot pour dégotter « ze » pièce, notre Abeille des mers en quelque sorte. Le troisième c’est Fifi (Philippe pour les intimes), polyvalent, bras droit inoxydable, il navigue entre plusieurs chantiers, surfe entre baby-sitting et contrôle technique, un plein par ci, une batterie par là, avec toujours une petite lueur d’ironie au fond de ses prunelles bleues. Le flegme et la tranquille assurance du baroudeur, flibustier à ses heures, c’est notre John Wayne version Boud’mer.

Maintenant que les présentations sont faites,au turbin. La matinée se passe au démontage des accouplements du moteur et à sa sortie par grutage. JR fonce en scoot dégoter un inverseur d’occasion et l’après-midi est consacré au remontage de l’inverseur après l’avoir nettoyé et repeint.

Mardi, nettoyage des fonds du Scorpion. C’est sale, ça sent pas le Chanel n° 5 et question espace vital on est plus près du capharnaüm que du Sofitel… Mais bon il faut le faire, alors on y va.

Jeudi, bilan des pièces nécessaires. Vidanges moteur et inverseur, remplacement des cartouches huile et gasoil. Achat des pièces par JR. Mise en place du nouvel inverseur sur le moteur.

Vendredi,on commence à apercevoir le bout du tunnel, las…

Quand la barquette se transforme en galère

C’est le remontage du moteur à la grue. 250 kg de bonne vieille fonte à déplacer. Ils sont costauds nos mécanos, et vaillants - mais quand même ils ne sont jamais que deux et l’opération n’est pas sans risque. D’ailleurs voilà que le chariot qui transporte le précieux chargement bascule et le moteur glisse doucement mais sûrement, pour s’arrêter -après un insoutenable suspens- à 50 cm de l’eau. Bilan une belle bosse sur le tibia en voulant rattraper le coup et une séquence « émotion » qui n’était pas prévue au casting ! Manque de bol, le positionnement n’est pas bon, le moteur est ressorti à la grue et re-déposé sur le quai tandis qu’il faut remettre en place dans le bon sens les supports (équerres). Coup de tabac pour nos galériens… On se dit que l’après-midi ça va être bon, on reconnecte tous les périphériques(câbles ; eau et gasoil, etc.). Flûte, manque encore un raccord et une cartouche de filtre à gasoil neuve pour finir. Il est tard et le fournisseur ne va pas tarder à fermer, c’est la mauvaise heure pour les embouteillages… Tant pis, on se rencarde pour lundi, pas le choix.

Lundi on termine les connexions, on met en place le dernier filtre et on purge tous les circuits. C’est le moment fatidique des tests. On retient son souffle au moment de lancer le démarreur…

OUF ! Le Scorpion se décide à tourner. Soulagement général, on va pouvoir enfin passer à autre chose ! Après l’apéro et le pique-nique, nos matelots prennent la mer pour une petite virée sur la Grande Bleue, histoire de se rappeler ce que ça fait de naviguer, ohé,ohé…

Et demain tu fais quoi ?

Tout est bien qui finit bien, mais quand même ! Je me dis qu’il y a un « schisme » quelque part : 200 adhérents, 15 bénévoles actifs dont 2 mécanos pour maintenir les bateaux à flot, le compte n’y est pas par Toutatis. Pour avancer dans la tempête il faut un bon Capitaine et un équipage solidaire, c’est à ce prix qu’on sauve le bateau mais pas seulement. Garder l’esprit Boud’mer c’est partager les bons moments comme les contraintes parce que c’est ça qui soude un groupe, un peu comme dans un couple, et donne envie de poursuivre l’aventure.

L’idée - qui n’est pas nouvelle d’ailleurs - est de pérenniser des équipes avec un leader par corps de métier pour coordonner les tâches. C’est pas très compliqué, vous ramenez vos bras - gros ou petits - votre bonne volonté,nous on s’occupe du reste - apéro et coucher de soleil compris - et vous verrez « c’est pas la mer à boire » !

Refrain à entonner en chœur (marin) !

Si tu fais rien demain
Viens donner un coup de main
Et si tout va bien
On ira à la pêche au Marlin
Tagada tsoin tsoin

Notre super reporter M-N. C.

Agenda

Windguru