Boud’mer Marseille

Barquette à Marseille, bateau partage

Accueil  > Infos > Patrimoine et culture méditerranéens > La Bilancella carlofortina, une cousine sarde du Pointu au destin « minéral (...)

La Bilancella carlofortina, une cousine sarde du Pointu au destin « minéral »...

Histoire de pointus...

Au sud-ouest de la Sardaigne, à l’opposé (à tous les sens du terme) de la fameuse Costa Smeralda, s’étend le bassin minier du Sulcis. Aujourd’hui sinistré, comme l’ensemble des bassins miniers européens, il fut très actif jusque dans les années soixante où commencèrent les fermetures progressives des différentes mines. Les années quatre-vingt-dix sonnèrent définitivement le glas des exploitations minières du Sulcis. Des entrailles de la deuxième île de Méditerranée, on extrayait, entre autres, de la galène (minerai de plomb), du silicate de zinc et du charbon.

A Masua, près d’Iglesias, à proximité des mines métallifères, dans un site majestueux et sauvage, fut construit un port en eaux profondes unique dans l’histoire, en réalité une audacieuse fenêtre en pleine falaise donnant sur la mer. Les grands bateaux ne pouvant accoster le long de la côte, dépourvue de toute infrastructure portuaire, des silos de stockage souterrains alimentés par une longue galerie de six cents mètres de long, furent creusés dans la montagne. Les neuf silos, d’une capacité totale de 10 000 t, étaient reliés par le dessous par une seconde galerie qui permettait d’acheminer le minerai jusqu’au bateau minéralier, via un convoyeur qui passait au travers d’une ouverture débouchant en pleine falaise à l’aplomb de la mer.

Ce petit port insolite, achevé en 1924, fut projeté par l’ingénieur Cesare Vecelli, qu’il baptisa du nom de sa fille Flavia. Porto Flavia demeura en activité jusque dans les années soixante.

Ce port en eau profonde permit de remplacer le fastidieux travail des hommes qui chargeaient manuellement la flottille de barques à voiles, les Bilancelle, qui acheminaient le minerai jusqu’aux bateaux minéraliers à quai dans le port de Carloforte (île de San Pietro), distant d’une dizaine de miles. Ces bateaux au tirant d’eau trop important ne pouvaient s’amarrer plus près.

La Bilancella est à l’origine la barque de pêche traditionnelle de la petite île de San Pietro, elle est gréée d’une voile latine. Ces barques furent souvent utilisées pour le transport des marchandises entre la Sardaigne et le continent et vice-versa ; celles affectées au transport atteignaient des longueurs comprises entre 10 et 12 mètres pour une capacité de charge de 10 à 20 tonnes, elles étaient même parfois dénommées Fregatine.

Après 1850 avec le début de l’exploitation des gisements métallifères du Sulcis, la petite l’île connut une considérable impulsion de la construction navale de ce type d’embarcations, qui à la fin du siècle constituera à Carloforte une flotte d’environ deux cents Bilancelle de transport, une vingtaine de bateaux de plus gros tonnage et une cinquantaine de barques de pêche.

La Bilancella ou la Paranzella de 8 à 10 mètres de long était la barque employée pour la pêche à la langouste sur l’île de San Pietro. Hors de l’île elle était aussi appelée Carlofortina ou Tabarkina, du nom d’une colonie génoise établie à Tabarka en Tunisie qui avait été rapatriée à Carloforte.

Ses lignes très effilées en font une barque très rapide, ce qui permettait dans le passé de conquérir rapidement les meilleurs sites de pêche. Son origine est ligure (génoise) et sa principale caractéristique est sa proue élancée dite amaltigana (en forme violon). Elle est complètement pontée avec une ouverture à la poupe permettant de donner un espace de manœuvre au timonier et était autrefois munie d’un vivier pour conserver les langoustes vivantes. Cette barque s’apparente également à la Spagnoletta, qui était utilisée par les pêcheurs d’Alghero sur la côte nord-ouest de la Sardaigne, une autre cousine sarde du Pointu !

Pour en savoir plus sur les Bilancelle http://www.compagniadellevelelatine.it

Crédit photographique : http://www.culturaitalia.it, http://www.igeaspa.it, http://www.sacasardegna.org, http://www.velelatine.it, http://www.carloforte.net, http://www.compagniadellevelelatine.it

Un billet signé Seba et Hervé

Agenda

Windguru