Boud’mer Marseille

Marseille, association de bateaux barquettes partagés

Accueil  > Infos > Reportages, bilans, vidéos, livres > Comment Boud’Mer met du soleil dans nos assiettes…

et dans nos cœurs aussi…

Boud’mer s’y connaît pour les bonnes recettes et les bons endroits. D’ailleurs vendredi 17 janvier 2014 au soir, tous les ingrédients étaient réunis pour réussir la soirée traditionnelle de début d’année.

D’abord un cadre pour rêver, avec une vue imprenable sur le Pharo, paré de lumière rouge pour la circonstance et le MuCEM, vaisseau amiral avec ses petites lumières bleues et cette immense cheminée blanche de paquebot dépassant au-dessus qui lui donnait l’air de vouloir mettre les voiles en douce… Pour un peu, en y remettant un peu d’ordre, il n’y manque que le pavillon français ! Les pirates, eux, sont tous à l’intérieur, au chaud, tout occupés qu’ils sont à faire ripaille, avec modération toutefois, car les mets sont délicats ma foi, comme peut l’être la cuisine italienne.


Mais Boud’Mer a plus d’un tour dans ses filets et nous avait ménagé, en guise de mise en bouche, quelques savoureux morceaux, pêchés dans l’épuisette de Marcel Pagnol, avec l’épisode du Pitalugue et un extrait du Schpountz, interprétés avec talent par Agnès, Guy, Bernard, Xavier et Jo.

JPEG - 32.9 ko
Intermède théâtral

Il y eut bien un léger flottement, nos acteurs barbotant sur quelques répliques tombées dans le fût des anchois des Tropiques, cependant si le naufrage a finalement eu lieu, c’est bien de rire qu’il nous a fait chavirer. S’il fallait décerner un prix des « Jeunes espoirs », il reviendrait sans aucun doute à Bernard, à qui l’abondante chevelure brune crânement posée sur son aimable calvitie, donnait des accents rabelaisiens qui nous ont plongé dans l’hilarité... Jo nous a ensuite emmenés dans la garrigue pour nous faire goûter à la poésie des Lettres de mon moulin avant de céder au chant des sirènes auquel le Chœur marin, sous l’auguste direction de Laurent, sait si bien prêter sa voix…

JPEG - 48.5 ko
Choeur marin


La suite on la connaît, on mange, on boit, on danse... Et puis on parle, on se parle beaucoup à Boud’mer et ça fait du bien de partager le langage de l’amitié, le plaisir de se retrouver.

Quant à la Mer, elle se glisse toujours, à un moment ou l’autre dans nos conversations, comme une invitée clandestine, fidèle et magnifique...


Texte de Marie-Noëlle, adhérente et bénévole

Agenda

Windguru